top of page

Agenda culturel décembre 2022

Concert Melting Pop. Quatre musiciens « classiques » multi-instrumentistes tombent la veste pour chanter avec espièglerie une playlist forcément subjective. Au programme, chanson française et improvisation musicale aux influences variées. De Yves Montand à Nino Ferrer, Melting Pop reflète une autre facette du collectif, bien décidé à donner de la voix et ouvert à une palette instrumentale variée, du tuba au mélodica, de la trompette au ukulélé, du cor à la guitare et du trombone aux shakers les plus inattendus !

Samedi 3 décembre à 20 h 30 à la salle du Vieux Temple à Charnay


Soirée Jazz rock. Fustige est un groupe de jeunes musiciens issus du Conservatoire National Supérieur de Paris, formé par Antoine Martin, ancien stagiaire du Crescent et Ossian Macary. Ils proposent un jazz rythmé et électrique, teinté de douces effluves pop et d’arômes rock plus musqués.

Sans se revendiquer d’une esthétique musicale particulière, les cinq membres du groupe partagent un goût commun pour des artistes tels que Weather Report, Kneebody, David Binney, Radiohead, David Bowie ou encore Deerhoof. De leur musique, transpire une amitié sincère et solide, une énergie féroce et un groove à toute épreuve. Du très haut niveau proposé par cette nouvelle génération du jazz français.

Samedi 3 décembre à 21 h au Crescent à Mâcon


Hommage à Leonard Cohen. En 2016 Leonard Cohen s’éteint, laissant orphelins toutes celles et ceux qui ont vu la lumière dans ses chansons et un mode d’emploi poétique afin de mieux appréhender le quotidien, la vie, l’amour. Pour H-BURNS, c’est un choc et l’envie de lui rendre hommage, une évidence.

L’artiste se tourne alors vers les premiers albums de Cohen et s’entoure pour les chœurs et les cordes de quatre artistes de formation classique. Avec le Stranger Quartet à ses côtés, H-BURNS part défendre sur scène cet hommage très personnel pour des concerts conçus comme des célébrations enjouées et transgénérationnelles. Même les puristes qui vont renâcler par principe finiront par être sous le charme !

Vendredi 9 décembre à 21 h à La Cave à musique à Mâcon


Comédie musicale. Du Havre à New York, Paris, des destins croisés où chacun pourra se reconnaître et chanter les tubes de Michel Sardou. « Je vais t’aimer » est une comédie musicale générationnelle, débordante d’énergie positive : la presse parle d’un « Mamma Mia » à la française !

Samedi 10 décembre à 20 h au Spot à Mâcon


Goldmen en concert. Goldmen, c’est l’histoire de six gars qui aiment la musique de Jean-Jacques Goldman... Alain Stevez, chant lead guitare et clavier, s’impatientant du retour du géant de la variété française a décidé de prendre les devants. Il crée ce qu’on appelle « un tribute » en hommage à son idole. Depuis, le groupe baptisé Goldman écume les scènes en défendant fièrement les titres qui ont marqué les années 1980 à 2000 et que le public connaît par cœur. Un concert 100 % live et 100 % tubes où chacun peut fredonner ses refrains préférés depuis « Envole-moi » en passant par « Encore un matin » ou autre « Il suffira d’un signe ».

Vendredi 16 décembre à 20 h 30 au Spot à Mâcon


Célestin en concert. Cet artiste performeur et multi-instrumentiste raconte des histoires d’une plume malicieuse qui virevolte entre ironie, lucidité, candeur et poésie, dans la langue de Jacques Brel et Georges Brassens… C’est 50 % du duo humorythmique “Fills Monkey” qui s’offre une récréation musicale en posant les baguettes et en renouant avec ses deux premiers instruments à cordes : la guitare et la voix sur la grande scène de la MJC Héritan.

Samedi 17 décembre à 20 h à la MJC Héritan à Mâcon


Anesthésie générale, le nouveau spectacle de Jérémy Ferrari.

Après la religion et la guerre, Jérémy Ferrari s’attaque à la santé ! Une nouvelle thématique explosive pour l’humoriste au succès retentissant : 550 000 spectateurs en salle, deux fois DVD de platine, spectacle de l’année et record de ventes 2014 et 2017, tournées à guichets fermés en France, Angleterre, Suisse, Belgique, Québec et USA !

Samedi 14 janvier à 20 h au Spot à Mâcon




Théâtre de boulevard avec « La Maison est close » par la troupe Acrêchecœur. Ce matin-là, une surprise attend la tenancière d’une maison close. Les demoiselles ont décidé d’observer une journée de grève pour protester contre leurs conditions de travail. S’ensuivent alors une série de quiproquos et de situations pleines d’humour.

Dimanche 15 janvier à 15 h à la salle du Vieux Temple à Charnay

Réservation conseillée au 06 36 52 80 68


Concert du nouvel an avec l’Orchestre Symphonique de Mâcon dirigé par David Hurpeau. Réunissant pour ce grand concert symphonique plus de 70 musiciens, l’Orchestre Symphonique de Mâcon vous propose une soirée haute en couleurs et en émotions. En ouverture du concert, vous pourrez apprécier la puissante énergie de Katoomba Ouverture d’Olivier Calmel (Grand Prix Sacem de la musique classique contemporaine 2020). Sur des rythmes de verbunkos très expressifs, vous serez certainement séduit par la poésie tzigane stylisée de Zoltán Kodály avec ses Danses de Galánta. Pas de 3, Valses et Pas d’action : nous resterons bien dans le thème de la danse pour terminer ce concert avec la suite symphonique du Lac des Cygnes de Piotr Illitch Tchaïkovsky.

Dimanche 15 janvier à 16 h au Théâtre de Mâcon, Scène Nationale


Danse. Vive injonction, signal de départ, « Top » est une exclamation de plaisir, un élan vers un haut toujours plus haut. La chorégraphe Régine Chopinot en a fait le titre d’un spectacle pour une danse interculturelle frondeuse, faite de marches et de sauts, galvanisée par l’énergie de jeunes interprètes et la puissance de la musique live. Sept danseuses et danseurs, un batteur et un guitariste esquissent en plusieurs tableaux une vision allégorique de tous les croisements possibles d’une vie. Une tension palpitante et un dynamisme débridé habitent les interprètes qui tracent des axes virtuels ou physiques, dans une rue ou peut-être une jungle bientôt apprivoisée. La pièce est continuellement traversée par le rythme, que ce soit celui des baguettes, des clappements de mains, de simples soupirs… Le corps des interprètes devient alors caisse de résonance.

Vendredi 20 janvier à 20 h au Théâtre de Mâcon Scène nationale. Dès 12 ans


Les Chevaliers du Fiel. Après les quatre très gros succès précédents, tant sur scène qu’à la télévision, voici le nouvel épisode de la grande saga des Lambert. Monsieur et Madame Lambert se lancent dans la rénovation… Qui dit bricolage dit crises de nerfs, catastrophes et rebondissements. Les Chevaliers du Fiel dans ce nouveau délire jouent quatorze personnages différents Toujours plus fou, toujours plus drôle, toujours plus cinglé mais tellement vrai ! Vous allez vous reconnaitre dans ces travaux qui sont… incroyables… Ça chante, ça se menace, ça rigole, ça dégénère, c’est normal ce sont des travaux d’enfer !

Mercredi 25 janvier à 20 h au Spot à Mâcon


Christophe Alévèque dans Revue de Presse. Une thérapie de groupe improvisée, sans limites, sans structure et sans tabous. S’il s’acharne encore à faire sauter toutes les bombes à sa portée, c’est parce que c’est encore le meilleur moyen de les désamorcer. Ici, en humoriste engagé, dégagé, à la marge, en clown dérisoire ou missionnaire, il décortique l’actu et ce qu'en dit la presse : il fait sa « revue ». Sur scène, il s’emmêle dans un foutoir de feuilles : papiers, articles, prises de becs et de notes. Alévêque prend les choses en mains, il attaque : les grands sujets d’actualité et les petits.

Tout lui est permis, surtout mettre à mal l’impunité des gens de pouvoir et des manipulateurs de l’information. En ces temps de couvre-feu moral, il a trouvé un espace de liberté d’expression totale. Salvateur ! Un spectacle présenté par Ils Scènent.

Samedi 26 janvier à 20 h 30 à la Cave à musique à Mâcon


Théâtre et histoires de famille. Dans « L’affolement des biches », une femme d’une soixantaine d’années décède prématurément. Sa famille se retrouve avec la responsabilité d’organiser ses funérailles. Sept jours pour dire au revoir… Cahuète, une petite fille de 13 ans, nous raconte l’histoire comme si elle écrivait un journal intime. Autour de la défunte, il y a sa famille, le rôle que chacun y joue et tous les secrets… Ce spectacle où chacun s’affole face à la mort est un prétexte pour parler avec humour des relations familiales. Avec de la musique live, Marie Levavasseur écrit et met en scène un conte moderne à la fois poétique et drôle pour réfléchir à la manière dont les morts et les vivants peuvent s’apprivoiser joyeusement !

Vendredi 27 janvier à 20 h au Théâtre de Mâcon, Scène nationale. Dès 15 ans


Théâtre, entre rires et larmes. Du mariage à la maison de retraite, « King Lear Syndrom ou les mal-élevés » confronte la langue élisabéthaine à des mots d’aujourd’hui pour aborder frontalement la fin de règne, l’avenir de nos ainés et le conflit des générations.

Le jour du mariage de sa fille cadette, un homme âgé fait un AVC. À son réveil, son langage est étrange, il parle de « royaume », dit qu’il veut « se délester de ses biens ». Le neurologue explique qu’il est atteint du K.L.S, le King Lear Syndrome. Placé en Ehpad, il faudra accepter son délire pour continuer à communiquer avec lui.

Elsa Granat met en abyme le théâtre pour dévoiler notre humanité puisqu’il en est la mémoire vivante. Ponctué par des chansons pop de Neil Young et Deep Purple, le jeu révolté mais nourri d’empathie des comédiens va chercher la nature humaine par la peau.

Jeudi 2 février à 19 h 30 au Théâtre de Mâcon, Scène nationale. Dès 15 ans.

bottom of page