AL Drone veut sauver Bambi


Il y a un an, Anthony Litaudon lançait son entreprise de photos et vidéos par drone. Télépilote certifié, il avait jusque-là parcouru le monde au fil de l’eau et des bateaux de croisière sur lesquels il travaillait. Depuis son retour dans le Mâconnais et à Charnay d’où il est originaire, c’est dans les airs qu’il voyage et fait voyager… aux (télé)commandes d’un petit appareil volant qui veut aujourd’hui venir en aide aux animaux et aux agriculteurs grâce à son association, nouvellement créée, Sauvons Bambi France.


Près de 260 vols et 35 heures dans les airs ! Anthony aime les voyages et découvrir de nouveaux paysages. En l’espace de douze mois, il a été comblé avec un drone qui n’a pas manqué d’activité. Des interventions en milieu viticole pour mettre en valeur les climats et les parcelles des Vignerons des Terres secrètes ou des domaines du Beaujolais en période de vendanges aux routes de Bourgogne en suivant un rallye privé de véhicules de prestige en passant par des clubs de sports (l’EAM, le Tennis club de Charnay…), AL Drone a survolé la région et confirmé son large éventail de services.


Reportages thématiques, films d’entreprises, événementiel, tourisme, mise en valeur du patrimoine, promotion et aménagement du territoire… « Les champs d’application du drone sont larges et il y en a encore beaucoup d’autres à explorer », souligne le jeune homme satisfait après cette première année d’activité. Parmi ces services à développer, un lui tient particulièrement à cœur. Il l’avait déjà évoqué lors de notre première rencontre au printemps 2021 : le sauvetage des animaux dans les campagnes.


En lançant son entreprise, Anthony avait en effet découvert par hasard sur les réseaux sociaux l’existence de Sauvons Bambi, une association belge qui intervient bénévolement avec un drone… pour détecter et sauver des faons, des levrauts, des nids… dans les champs pendant la période des moissons. « Chaque année, des milliers, voire des centaines de milliers d’animaux périssent dans les moissonneuses batteuses, explique celui qui a toujours été sensible à la cause animale. Grâce à un drone équipé d’une caméra thermique, on va pouvoir détecter les sources de chaleurs rapidement. Il renvoie sur l’écran les données et on peut voir si dans le périmètre survolé, il y a une source de chaleur et donc un animal présent. Il faut savoir que ce genre d’animal, quand il a peur reste immobile face au danger croyant ainsi se protéger, mais dans les hautes herbes, face à une moissonneuse batteuse, il ne peut pas survivre. »


Au-delà de la préservation de la faune, dans pareil cas, l’utilisation du drone apporte une aide précieuse aux agriculteurs. En effet, les cadavres d’animaux contaminent et polluent les récoles. Il en résulte forcément une perte financière et économique importante pour les agriculteurs. Autant de raisons qui ont donc décidé Anthony à s’intéresser à cette activité. Après plusieurs contacts avec l’association belge, il vient de lancer Sauvons Bambi France pour intervenir dans le département et les régions limitrophes. « Je n’ai rien inventé puisque certains acteurs interviennent en Belgique donc, mais aussi en Allemagne, en Suisse, dans l’Ain, en Franche-Comté et même en Alsace, mais on a encore un certain retard et de plus en plus de demandes des agriculteurs français. »

En Suisse, chaque année, environ 2 000 faons sont sauvés grâce au drone. L’an dernier, l’association Sauvons Bambi en Belgique a offert la vie sauve à 204 faons et 62 lièvres. Pour apporter sa pierre à l’édifice et participer à cette préservation de la faune, Anthony va devoir s’équiper d’un nouvel appareil, un engin spécifique et coûteux. C’est la raison pour laquelle il lancera au 1er mars une campagne de financement participatif. « Juste pour avoir les fonds nécessaires à l’achat du matériel. Mes interventions, elles, seront complétement bénévoles. J’espère d’ailleurs à terme que certaines personnes me rejoindront et m’aideront à aller sauver les animaux. Sachant que nous intervenons entre 5 h et 8 h du matin dans les champs, à un moment de la journée où il ne fait pas encore trop chaud sinon la caméra thermique n’est pas capable de faire la différence de température entre l’air et la présence d’un animal. » Avis aux amateurs, l’appel est lancé…


Sauvons Bambi France n’est pas le seul projet d’AL Drone pour cette nouvelle année. La détection et la prévention des maladies de la vigne grâce là encore au drone et à une application sont en bonne voie avec des essais déjà concluants dans le Mâconnais et le Chalonnais. « Je m’intéresse aussi aux diagnostics techniques sur les inspections de bâtiments, de façades, de toitures, à la modélisation 3D également pour des projets immobiliers. Autant de choses que j’aimerais développer à l’avenir, mais cela ça passera encore une fois par l’acquisition d’autres drones plus techniques… »


Et si vous souhaitez apporter votre contribution… :

https://www.okpal.com/sauvons-bambi-france/?utm_campaign=01FWPZAM5JYP97ZC75Z2N0S5V6&utm_medium=campaign_edit-okpuid_01FWPQNHZWHBB3W0583FTE23B5-20220225&utm_source=share_directlink#/