Avec AL Drone, Anthony Litaudon voit plus haut


Il a traversé les mers et les océans à la découverte des continents. De voyage en voyage, de port en port. Après des années au fil de l’eau, Anthony Litaudon est de retour aux sources et il vient aujourd’hui survoler les paysages mâconnais avec un regard nouveau. À 35 ans, le Mâconnais d’origine a créé AL Drone, une entreprise de prises de vue aériennes aux services des entreprises, du tourisme, de l’événementiel, mais aussi de l’immobilier et de la viticulture.


Anthony a longtemps parcouru les routes du Mâconnais, le week-end avec ses copains de l’UF Mâconnais pour aller jouer au foot. Sans forcément prêter attention aux nombreux villages et aux richesses de son territoire. Jusqu’à ce qu’il revienne dans la région il y a un an… après dix années loin du département.


À 25 ans, après un BTS Marketing communication vente au lycée Lamartine de Mâcon suivi de deux autres années d’études à Nice et à Lyon, le jeune homme a en effet choisi de s’expatrier à Vancouver, au Canada. Une grande première pour celui qui jusque là pensait plutôt à taper dans le ballon pendant son temps libre qu’à découvrir le monde… Même s’il a eu la chance de gagner un concours de photoreporter en 2010 et de partir pendant dix jours suivre la Coupe de monde de football en Afrique du Sud. Un déclic ? « Peut-être… Mais en partant au Canada, j’avais surtout envie de vivre une nouvelle expérience de vie, de découvrir une culture différente et d’apprendre l’anglais. »


Ces trois années loin de chez lui ne lui donneront pas pour autant le mal du pays. Au contraire. Il prend goût aux voyages. En 2014, il trouve un travail dans une boutique taxée Duty Free… sur un bateau de croisière. « Une expérience formidable ! J’étais parti pour six mois de contrat et finalement j’ai enchaîné cinq contrats en quatre ans. » Avec tous les jours un réveil dans un nouveau port, un nouveau pays. « Le rythme était dur, mais j’avais la chance, contrairement aux autres personnels, de faire un peu de visites lors des escales parce que ce genre de boutique doit absolument être fermée quand le bateau est amarré, à cause des douanes. »


Les Caraïbes, le bassin méditerranéen, l’Alaska, la côte Ouest américaine, la Chine, le Vietnam, la Thaïlande, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle Calédonie, Bora Bora Hawaï… il ne manque finalement que l’Amérique Latine et l’Afrique à son carnet de voyages. Heureux hasard. C’est aussi sur ces bateaux qu’il rencontre sa future épouse… sud-africaine !


En 2018, tous deux décident d’arrêter cette vie de nomade pour revenir aux sources et se poser… Mais leur voyage fera d’abord escale à Paris où Anthony décroche un job de vendeur de produits de luxe sur les Champs-Élysées. « Difficile de refuser cette opportunité même si on n’avait jamais imaginé vivre dans la capitale. » Jusqu’au premier confinement, il y a un an… qui les ramènent dans le Mâconnais.


À Charnay, ils prennent le temps de réfléchir à leur avenir et à leurs envies. Leurs nombreux voyages leur ont permis de se découvrir une passion pour la photo et la vidéo. « On a même créé notre blog voyages et fait des petites vidéos pour garder des souvenirs. Mais on a aussi vu qu’en utilisant la technique du drone, on pouvait apporter plus de qualité à nos films. » L’été dernier, ils investissent donc dans un premier drone. « J’y ai pris goût et je me suis rendu compte qu’il y avait bien plus de potentiel que le simple domaine audiovisuel de loisir. J’ai donc commencé les démarches pour suivre une formation professionnelle spécialité audiovisuelle. » Direction la Savoie pour trois semaines avec examens pratique et théorique.


Anthony décroche son diplôme de télépilote de drone en décembre dernier et monte son entreprise AL Drone dans la foulée. Son objectif : proposer ses services pour réaliser des films institutionnels, des reportages thématiques, des films d’entreprise dans des secteurs multiples : le tourisme, l’évènementiel, les mariages, la mise en valeur de patrimoine, la promotion et l’aménagement du territoire…


Mais ce n’est pas tout, le jeune entrepreneur aimerait aussi se spécialiser dans deux domaines : l’immobilier et la viticulture. « Mettre en avant un bien immobilier avec une vue du ciel, c’est une valeur ajoutée par rapport à une annonce classique. De la même façon, les belles villas, les châteaux, les gites et les chambres d’hôte peuvent aussi profiter pleinement de ce nouvel angle pour se faire connaître autrement et attirer davantage. Le service et l’activité ne sont par encore très connus, mais il y a du potentiel dans la région. Surtout par rapport à la viticulture. »


Dans ce domaine, le travail d’Anthony est beaucoup plus technique. Avec l’aide d’une start up parisienne, Deep Learning, spécialisée dans l'analyse d'imagerie aérienne, et grâce à l’imagerie aérienne, il pourra analyser différentes parcelles de vigne et détecter les maladies de la vigne (flavescence dorée, mildiou, pieds improductifs…). « C’est un gros projet qui me tient à cœur pour apporter à court terme une solution innovante à tous les viticulteurs. »


Enfin, grâce à une caméra thermique posée sur son drone et à l’initiative d’une association belge, Anthony va également pouvoir sauver, sur la base du bénévolat, des bébés faons dans les champs juste avant la récolte et le passage des faucheuses. Une aide indirecte, mais précieuse pour les agriculteurs d’un territoire qu’il (re)découvre avec plaisir. « Je me rends compte avec mon activité que je vais dans des villages que je ne connaissais pas ou peu alors que j’ai presque fait le tour du monde ! » Et ça ne fait que commencer…


Info et contact : https://www.al-drone.fr/