Avec Kezaco, le café-théâtre revient à Mâcon

Depuis début novembre, un nouveau lieu de comédie a ouvert ses portes à Mâcon. Du jeudi au samedi, le rire s’invite au 24 de la rue Rambuteau avec le Kezaco, ses spectacles et ses soirées conviviales à déguster sans modération et en famille !


Le Kezako c’est « ze niou plaïce tou bi in Mâcon ». Si, si, si… c’est Aurélien Timoner et Bastien Bernal qui vous le disent ! Avec leur accent lyonnais pour l’un, cévenol et chantant pour l’autre, leur passion et leur bonne humeur contagieuse, ces deux amis de longue date font revivre le café-théâtre à Mâcon.

Tous les deux se sont rencontrés il y a plus de dix ans sur les bancs de l’école… ou presque ! « On a fait la même école, mais je suis arrivé cinq ans plus tard et on s’est rencontrés lors d’une soirée d’intégration. Je suis allé parler avec les « anciens » on a bien sympathisé… et en 2010, quand il est parti sur Paris, il m’a rappelé pour me proposer de reprendre un de ces rôles sur scène », explique Adrien. Depuis, il ne se sont jamais plus quittés jusqu’à cette ouverture du Kezaco aujourd’hui.


Pourtant le chemin des deux hommes n’était pas forcément dessiné pour se rencontrer. « La comédie, c’est un accident de parcours, explique Aurélien dans le métier depuis 2003 maintenant. J’étais vendeur dans le prêt-à-porter, mais je m’ennuyais. Un jour, j’ai ouvert le journal et j’ai trouvé un casting, j’ai appelé, mais on m’a conseillé de commencer par prendre des cours. Pas con ! J’ai ouvert l’annuaire et j’ai appelé la première école que j’ai trouvée. Si on m’avait dit non, j’aurais arrêté et j’aurais compris que ce métier n’était pas fait pour moi, mais finalement ça a marché et vingt ans plus tard je suis toujours là, après plusieurs tournées et jobs dans des villes et des lieux différents ! »


Pourquoi comédien ? « Je voulais juste changer tout le temps, je n’ai pas peur de la routine, mais très vite dans mon métier je me lassais alors que là on change de rôle, de pièce souvent ! »


Adrien, lui, était plutôt très bon élève, « mais fainéant ! J’ai découvert le théâtre à 15 ans, c’est ce que je voulais faire, mes parents ont refusé, j’ai donc continué mes études avec khâgne, hypokhâgne, école de commerce… Et quand j’ai eu mes diplômes et appris un métier, j’ai tout arrêté pour monter à Lyon et faire une école de comédien. » Cette école où ils se sont rencontrés… Depuis, ils ont fait leur chemin chacun de leur côté, souvent joué les mêmes rôles, mais pas ensemble « jusqu’au jour où on jouait la même pièce, « Le Coach », pas en même temps ni le même rôle, mais un jour Bruno Bachot, son auteur, nous a donné la chance de pouvoir jouer ensemble et on s’est régalé. Une vraie amitié en a découlé. »


Ouvrir un lieu ensemble est donc comme une suite logique dans leur parcours. Aurélien a tenu un lieu en location gestion pendant trois ans à Lyon avec un autre associé. L’aventure s’est terminée cet été. « Je voulais continuer et reprendre un lieu à moi pour pouvoir faire quelque chose de pérenne dans une salle plus grande pour pouvoir faire ce que je voulais. » C’est-à-dire de la comédie familiale et de qualité. « C’est important pour nous, sans vulgarité, et de préférence avec une histoire, une sincérité derrière pour qu’on s’attache aux personnages ». Adrien a adhéré au projet, tous les deux sont complémentaires et sur la même longueur d’ondes sur ce qu’ils veulent proposer au public. « J’aime le bête et méchant, mais pas ici, renchérit Adrien. Ici, on veut de la comédie populaire avec un P majuscule ! »


Et ici, c’est à Mâcon, une ville qu’il ne connaissait pas forcément, mais en visitant ce lieu, inoccupé depuis plusieurs années, ils ont tout de suite été séduit. « On s’est projetés en visitant les lieux et après plusieurs mois de travaux et une ouverture retardée, on a fait ce que l’on avait en tête. » Une salle de 150 places assises qui leur ressemble, conviviale et chaleureuse, à l’ambiance « pub » avec du bois, de la brique du vintage, du noir pour le côté classe. Loin de l’image « pouet pouet » que certaines salles peuvent donner.


Sur la scène du Kezaco, ils proposent deux spectacles différents par semaine les jeudi vendredi samedi à 19 h 30, et un le samedi à 21 h 15. « On choisit beaucoup de pièces où les situations sont drôles, avec des histoires aussi. Avec une bonne vanne, vous faites rire les gens pendant 5 minutes, avec une bonne situation c’est pendant une heure et quart ! On trouve ici largement la qualité de ce qu’on peut avoir à Lyon. On a fait des tournées, on connaît Lyon, Paris, le métier et on sait de quoi on parle ». Le public l’a d’ailleurs bien compris puisqu’il est déjà au rendez-vous avec un super accueil des spectateurs, mais aussi des commerçants mâconnais.


Metteur en scène et directeur artistique, Aurélien et Adrien continuent quand même de monter sur scène et retrouvent leurs premières amours chaque samedi soir. « C’est notre créneau, on peut s’amuser et monter des pièces. On s’est d’ailleurs gardés une petite dizaine dizaines de pièces dans lesquelles on veut jouer. Jouer, c’est devenu un besoin, la scène c’est comme un exutoire pour moi », souligne d’ailleurs Aurélien.


Titulaire d’une licence IV, le Kezaco propose également un bar avec des cocktails typiques et des produits de qualité avec des planches (charcuterie et fromage) à partager pour passer une soirée conviviale entre amis ou en famille. Il propose aussi des séminaires pour les professionnels, des formations coaching et communication relationnelle, des ateliers ludiques, des journées de cohésion d’équipe ou des arbres de Noël pour les entreprises… Ça tombe bien, c’est la bonne période !