Balades œnotouristiques et tout terrain !

Vous cherchez une activité originale à faire en plein air, en famille ou entre amis ? Mobilboard Beaujolais propose différents circuits à travers les vignes le temps d’une balade. Roulez en toute sécurité et profitez de ces deux roues pour découvrir autrement votre territoire …

Se lever tôt et travailler un jeudi de l’Ascension quand tout le monde, ou presque, fait le pont, pas très motivant ! Alors autant joindre l’utile à l’agréable pour vous proposer une idée de sortie et de découverte du terroir ! Et la tester bien sûr…

Direction le Beaujolais, Fleurie et le domaine du Grille Midi. C’est là-bas que José Ibanez, gérant de Mobilboard, nous attend pour une balade touristique à travers les vignes et les paysages viticoles. Pas de chaussures de rando, ni de marche au programme. C’est sur un gyropode Segway® que ça se passe. Cette plateforme monoplace avec deux roues assez larges et un manche de maintien. Électrique, silencieuse… et facile à apprivoiser ! Et croyez-nous, c’est quelqu’un qui avait une certaine, pour ne pas dire grosse, appréhension avant de monter sur cet engin qui vous le dit.

Dès notre arrivée, José nous rassure et prend le temps de conseiller chaque participant. Parce que ce jeudi matin, on n’est pas le seuls à être novices. Chantal est venue en famille de Cours-la-Ville, avec son mari, sa fille et son gendre. Elle est la première à monter sur le gyropode. Casque sur la tête, « c’est comme monter une marche d’escalier, nous prévient José. Ne regardez pas par terre, faites ça instinctivement ». L’équilibre ? Il vient tout seul. « Vous ne pouvez pas tomber, même quand je vous dis de vous pencher en avant, c’est entièrement auto-stabilisé ». Et il n’a pas tort : le gyropode est bien plus stable qu’un vélo ! Pas besoin de semaines d’apprentissage, ni de gamelles pour apprendre et maîtriser ce deux-roues-là.

Tour à tour, on fait tous connaissance avec notre compagnon de route. Sur le manche, surprise : ni accélérateur, ni frein ! Tout se fait avec les mouvements du corps, au niveau du déhanché, un peu comme sur des skis, en roller… ou même à cheval. En inclinant le corps vers l’avant, le gyropode avance. Plus on incline le corps, plus on prend de la vitesse. En se relâchant vers l’arrière (sans risque de tomber rappelons-le), le poids sur les talons, on freine et on s’arrête. Pour tourner, c’est tout aussi simple, il suffit de pousser le guidon dans la direction où on veut aller.

Et tout cela, tête haute, posture fière, en regardant toujours droit devant, le plus loin possible aussi pour anticiper les chemins et les différents trous et obstacles. D’ailleurs, en parlant de trous, sachez que vos genoux servent d’amortisseurs quand le chemin est caillassé. Toute votre souplesse aussi…

N’oublions pas non plus qu’un gyropode est bien plus large qu’un vélo : mieux vaut éviter de se serrer à droite pour éviter de mordre sur les trottoirs et les bordures. Et attention à bien garder un bon mètre avec les autres engins au risque de chuter en cas de frottage de pneus avec les autres.

Après quelques minutes, plusieurs tours, montées et descentes pour s’entraîner dans la cour du domaine et dompter le gyropode, c’est parti pour une heure et quart de balade à travers le vignoble et les routes de Fleurie, au pied des vignes de la Madone. Très vite, les premières craintes s’envolent. On se détend, on ne fait qu’un avec la machine pour profiter des paysages alentours, de cette liberté de découvrir le Beaujolais autrement. On ne réfléchit plus, la conduite devient fluide et intuitive. On gère la vitesse (15-20 km/h max), les distances de freinage… C’est plus évident que ce que l’on avait imaginé.

En chemin, José, en guide passionnant et passionné, fait quelques arrêts pour s’assurer que tout se passe bien. Pour parler de son terroir, des vignes, du travail des viticulteurs, des grands crus de la région aussi. Parce que c’est surtout ça Mobilboard Beaujolais, une balade œnotouristique ludique, écologique, accessible à tout le monde. Jeune et moins jeune. Novice ou expert en conduite de gyropode. Le plaisir est le même pour tous…

Surtout quand au retour, c’est avec un mâchon que la balade se termine. À l’heure de l’apéro en effet, il faut (déjà) lâcher le gyropode et le garer - nous qui étions pourtant à deux doigts de renoncer à la balade au bout de dix secondes sur la machine, on en viendrait presque à regretter que le temps soit passé si vite… Mais on se réconforte vite : charcuterie, fromage et dégustation de crus nous attendent dans le caveau, en compagnie du vigneron, pour découvrir les vins… après les vignes !


Conseils et recommandations

Une formation de 10 à 15 minutes est prévue avant la balade et se fera à l'heure prévue pour le départ.