Berthoud cycles roule sur mesure

Ne soyez pas surpris de croiser leur route dans le monde entier ! Depuis plus de quarante ans, les vélos Berthoud, fabriqués à Fleurville, ont pris la bonne échappée : celle du sur-mesure et de la qualité ! Et roulent aujourd’hui dans le bon peloton, celui des plus grands fabricants français de vélos et d’accessoires.


Les vélos Berthoud, c’est une histoire de passion. D’abord celle de Gilles Berthoud qui abandonne son métier pour se consacrer à ce qu’il aime : le cyclotourisme. En 1977, il ouvre ainsi son premier commerce à Mâcon. Très vite, il va plus loin, crée son atelier de vélos sur mesure et rachète la marque de sacoches Sologne pour avoir également la main sur les accessoires dédiés à la pratique du cyclotourisme.

Au fils de années, l’entreprise installe à Pont-de-Vaux écrit son histoire, assoit sa réputation, se développe et se diversifie même avec la production de VTT dans les années 90. Gilles Berthoud met même au point en 2008 une selle propre à la marque et reconnue dans le monde entier. Mais en 2015 vient l’heure de la retraite. Et avec elle, la fin des vélos Berthoud ? C’est sans compter sur un autre passionné…

Philippe Marguet est un adepte de vélo grande distance et de randonnée. À son compteur il a déjà, notamment, un Paris-Brest-Paris et fréquente régulièrement les locaux de Pont-de-Vaux en tant que client. Un jour en passant par l’atelier, il apprend que l’entreprise pourrait être rachetée par des Américains. Il n’en faut pas plus pour le convaincre de la racheter.

Entrepreneur dans l’âme, il était lui-même gérant d’une entreprise spécialisée dans les sols industriels… « Je venais de la revendre, j’étais depuis peu à la retraite, mais je ne me voyais pas rester à rien faire, explique-t-il aujourd’hui. Je connaissais la qualité des produits fabriqués et le travail réalisé jusque là par Gilles Berthoud. En reprenant l’entreprise, c’était l’opportunité d’allier ma passion et la continuité d’un savoir-faire reconnu. »

Il reprend donc l’affaire bien décidé aussi à lui donner une seconde vie en s’attachant toujours aux mêmes valeurs : « On s’engage à faire des produits de qualité, à répondre aux exigences des clients et à leurs besoins, avec des vélos sur mesure qui s’adaptent à la morphologie des clients, à l’utilisation de la machine, au chargement… » Pour cela, il s’entoure d’une jeune équipe d’artisans passionnés comme lui et se donne les moyens en faisant de gros investissements. Il remplace notamment certaines machines vieillissantes par des plus modernes et techniques.

Les vélos Gilles Berthoud deviennent Berthoud cycles et passent la Saône. En 2020, l’entreprise, l’atelier de fabrication et les bureaux, déménagent à Fleurville dans un atelier SNCF datant du XIXe siècle, réhabilité et modernisé pour l’occasion. Dans le même temps, elle obtient le label « Entreprise Patrimoine Vivant ». « On fait en sorte de développer la fabrication locale, de produire de la manière la plus raisonnable possible en fabricant tout dans nos ateliers. »


Ainsi, les selles, les sacoches, les rétroviseurs, les garde-boue (seul fabricant européen), poignées, éclairage, qui se vendent jusqu’aux Etats-Unis, au Canada, au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande ou encore en Asie (le reste étant un tiers en France, un tiers en Europe) sont produits sur place par une équipe de cinq salariés, chacun ayant sa spécialité (couture des sacoches, fabrication des selles en cuir - 1 300 déjà créée en trois mois cette année - cadrage sur-mesure…). Philippe Marguet s’appuie sur le sérieux et la qualité du travail de ses collaborateurs. Il est aussi pour une gestion participative et implique ses salariés dans le projet : « J’aime créer cette dynamique entrepreneuriale où chacun est responsable de son atelier. Je travaille dans cet esprit de consensus et d’accompagner les jeunes dans l’entreprise pour préparer aussi la succession. »

À terme, Berthoud Cycles aimerait également fabriquer une distribution complète, de A à Z. « On essaie de déposer régulièrement des brevets pour être à la pointe de l’innovation et proposer des choses nouvelles. Nous avons récemment lancé un système de fermeture innovant et fonctionnel pour les sacoches. On est aussi sur ce projet de vélo urbain, un vélo très maniable. »

L’entreprise propose également un service après vente. Les selles sont démontables et se changent donc quand le cuir est usé. Les sacoches peuvent être réparées et remises en état. « Tout ce qui sort de l’atelier est testé et fonctionnel. Nos produits sont fabriqués à vie, mais nous sommes là aussi pour entendre si un client n’est pas content. Nous accordons beaucoup d’importance à l’écoute pour être réactif et au conseil du client. » Parce qu’entre passionnés, on se comprend toujours…