Exposition Jean Fontaine

Le Musée de Préhistoire à Solutré accueille jusqu’au 6 juin l’exposition Jean Fontaine, l’Après Histoire à Solutré. Une vingtaine d’œuvres du sculpteur côtoient des œuvres choisies de l’art préhistorique.


De retour sur son lieu de naissance, à l’ombre de la roche de Solutré plurimillénaire, l’artiste livre son regard personnel sur l’humanité et son rapport au monde et au vivant.

Depuis trente ans, Jean Fontaine crée des sculptures de terre cuite aux patines métallisées. Ses œuvres sont des assemblages hybrides, de fragments de corps, humains ou animaux, parfois greffés d’objets et de mécanismes. Il y exprime son amour du vivant par le naturalisme des représentations animales et la vérité des corps humains moulés. Il y exprime son inquiétude face aux progrès techniques destructeurs qui menacent le vivant et les ordres naturels.

Si l’archéologie délivre de la terre les vestiges, Jean Fontaine, sculpteur et chirurgien de greffes improbables, s’emploie à y modeler ses préoccupations face au présent et au futur incertain. Son regard est empreint d’humour et d’ironie face à l’absurdité du comportement humain, envers leurs semblables et leur environnement.

Les thèmes des sculptures s’ancrent aux racines des premières expressions symboliques humaines. Les hybrides mi-homme mi-animaux de l’art préhistorique semblent répondre aux chimères homme-animal-mécanique imaginées par l’artiste. Les patines oxydées d’un hypothétique Âge de la rouille contrastent avec les objets de l’Âge de pierre...

Cette exposition, L’Après histoire, c’est un parcours onirique et ironique, traversé par les grands questionnements : d’où venons-nous, qui sommes-nous, où allons-nous ? Un improbable monstre parlant accueille les visiteurs. Les monstres font partie des récits humains depuis au moins 40 000 ans. En témoignent les êtres hybrides, mi-homme, mi-animaux dessinés sur les murs des grottes ornées de la Préhistoire ou sculptés dans l’ivoire de mammouth.

Les monstres de Jean Fontaine sont là, tapis dans l’ombre, inquiétants. L’animal est également omniprésent dans l’art de Jean Fontaine. Il est l’alter ego émotionnel de l’homme : vivant, soufflant et souffrant. Ensuite sur le parcours, l’Homme apparaît, issu du buisson touffu et épineux de l’évolution animale… Au terme du parcours, tendu vers la Roche de Solutré, le Veau dort recherche la lumière de la connaissance pour échapper à sa fin certaine…

Retour à la réalité, dans la dernière salle, le sculpteur présente les dessous de ses créatures. Des croquis préparatoires, des moules, de l’argile pour estamper les reliefs en creux, quelques biscuits, des poudres de couleur jalonnent le parcours créatif...


Infos pratiques et horaires sur le site https://rochedesolutre.com