Le Théâtre de Mâcon, lieu de vie et de rencontres

Les 9 et 14 septembre prochains, le Théâtre de Mâcon Scène nationale lancera sa saison 2022/23. D’abord avec une présentation en images et en présence des artistes, ensuite par un après-midi 100 % famille découverte avec des ateliers ludiques. Deux rendez-vous, deux publics pour un même objectif : ouvrir le Théâtre au plus grand nombre et faire vivre le lieu dans sa diversité.


Siguifin - ©Laurent Philippe

Début mai, le Théâtre de Mâcon avait ouvert ses portes à la population et était parti à la rencontre de son public par le biais de diverses animations dans et hors les murs, en présence aussi des artistes associés, Amala Dianor et Jean-Philippe Naas. Ce temps fort, souhaité par la nouvelle directrice, Virginie Longchamp, et destiné à présenter le lieu et sa richesse culturelle, a rencontré un franc succès. Et rempli ses objectifs de rencontre, d’écoute, de partage et d’aller vers les autres.


« Le public a toujours été présent à Mâcon, souligne la directrice. La question était de savoir comment l’élargir et permettre à d’autres personnes de pousser la porte. Ce week-end, comme ceux « Changeons de saison » qui seront programmés deux fois cette année, a permis cette rencontre avec l’art qui, à un moment donné, peut transformer les parcours de vie de chacun. Mon rôle aujourd’hui est de permettre ces conditions de la rencontre. » Avec ce genre d’événements donc, avec la présence des artistes associés aussi, mais aussi en programmant une présentation de saison en deux temps.


« Avec cet après-midi 100 % famille, il y a cette volonté de présenter la saison à hauteur d’enfant. On sait qu’il leur est difficile de suivre en continue une soirée de deux heures comme celle du lancement de saison. On a donc souhaité leur proposer les choses différemment avec des thématiques et des ateliers en fonction de spectacles. Ils pourront ainsi écouter la présentation tout en participant à un atelier. Le théâtre est un endroit festif où chacun aime se retrouver ensemble, un poumon que j’ai envie de faire vivre dans son ensemble ! Les gens, même les plus fidèles, ont très envie de connaitre d’autres lieux du théâtre, à nous de leur faire découvrir autrement. » En plus de la salle du Grand théâtre, le hall, la salle des fresques, le Petit théâtre et l’espace cabaret accueilleront ainsi des spectacles.


Ce week-end printanier a également permis de mettre en avant les nouveaux partenariats avec la médiathèque de Mâcon, le Musée des Ursulines, l’École municipales d’arts plastiques. « Il y a une volonté des acteurs culturels de travailler ensemble, de coopérer et d’imaginer un parcours spectateurs à travers la ville au-delà de nos frontières artistiques pour que se croisent cinéma, théâtre, arts plastiques, musiques actuelles, jazz ou encore lectures publiques. Il y a dans cette ville une véritable force créative. Nous ne sommes pas seulement une ville à côté de Lyon. Ici aussi on peut profiter d’une offre culturelle professionnelle d’une grande qualité ! Grâce à une diversité d’acteurs et de propositions avec les saisons et les festivals, il y a une vraie identité et avec les différents acteurs culturels, nous souhaitons aussi changer la vision des gens et créer une expérience spectateur avec des animations avant et après les spectacles » Plusieurs soirées seront organisées en partenariat avec Le Crescent, le cinéma ou encore la Cave à musique pour développer l’offre artistique multiple et créer une toile culturelle indissociable sur la ville.


L’autre ambition du Théâtre est de poursuivre son ouverture vers l’extérieur. Depuis son arrivée, Virginie Longchamp est allée à la rencontre de l’ensemble des communes du territoire et « l’adhésion est totale. Il y avait une vraie attente, ce qui nous offre un magnifique terrain de jeu avec des accueils dans différents communes, des spectacles et des répétitions d’ores et déjà programmés sur le territoire. » seront également organisées des tournées dans les établissements scolaires et centres sociaux de MBA, au centre Paul Bert ou encore au centre aquatique. « L’idée étant de favoriser un aller-retour de dedans et dehors, « d’aller vers » pour que les gens aient envie ensuite de pousser les portes du Théâtre. »


Le Théâtre jouera également son rôle dans le croisement entre pratique amateur et professionnelle en accueillant par exemple des galas de danse. Enfin, autre nouveauté : une programmation qui suivra son cours jusqu’en juillet avec le spectacle de fin d’études du Centre national des arts du cirque (CNAC) et la compagnie Rasposo, en co-réalisation avec l’Espace des Arts de Chalon et L’arc Scène nationale du Creusot « pour accompagner l’émergence du cirque ». Un nouveau défi que la nouvelle directrice est prête à relever…


Les temps forts

Cette nouvelle saison est proposée dans un équilibre des propositions et des champs artistiques. Les frontières entre le chant, la danse, la musique et le théâtre étant assez compliquées, les différentes dates ne seront plus marquées d’un genre, mais tagguées de thématiques, d’émotions et de ressentis (acrobatie de situation, accompagnement éthique, écriture de terrain, cirque féministe ou performatif…)

L’équilibre est également présent entre le dedans et le dehors avec deux tiers des spectacles au théâtre ou dans les espaces du théâtre, l’autre tiers dans l’agglomération. Autre équilibre « celui homme-femme : « Nous sommes sensibles à la question de la diversité. Nos programmations doivent être le reflet de notre société. »


Siguifin samedi 8 octobre avec Amala Dianor et la Cie Kaplan : « Le premier spectacle de la saison avec des jeunes danseurs issus de trois pays différents qui viennent partager leur énergie. »


King Lear Syndrome ou les mal-élevés jeudi 2 février : « Nous avons eu envie de proposer une expérience de spectateurs autour du « Roi Lear » de Shakespeare avec Elsa Granat. La jeune metteuse en scène propose une réécriture portée de façon majestueuse par sa troupe de comédiens avec la présence du chant et de la musique pour une traversée de plus de trois heures, entractes compris. C’est dans la durée aussi que les choses se passent. Dans une société ou les choses vont vite, c’est bien aussi de prendre le temps, d’avoir un temps un peu suspendu même si cela passe vite parce que c’est extrêmement maîtrisé et rythmé. »


Top de Régine Topinot vendredi 20 janvier : « avec une grande dame de la danse. Il est important d’accueillir sa dernière création qui réunit de jeunes artistes. Elle est vraiment dans le souci de la transmission avec des questions politiques et éthiques qui m’interpellent. »


Dominique A jeudi 4 mai : « Il avait réalisé une de ses premières résidences à La Cave à musique. Avec Didier Goiffon, nous avons souhaité ce petit clin d’œil pour notre première collaboration et les 30 ans de La Cave. »


Desiderata mardi 14 mars avec la Cie cabas : « Du cirque de création à la croisée du théâtre et de la musique avec une thématique autour de la question du genre très présente dans les jeunes générations. On aura notamment une carte blanche avec Thaïs Beauchard, autrice associée à la question de genre, ainsi qu’un débat-brunch. »