top of page

Les Petites brindilles, un brin de passion pour des créations florales ...

Si les fleurs poussent dans les champs et les jardins, elles continuent à vivre dans vos salons… Longtemps pour certaines ! Tendance, les fleurs séchées ne fanent pas, elles sont partout et subliment votre intérieur. Devenues un véritable élément de décoration, elles donnent lieu à des créations artisanales, originales et naturelles. Comme celles de Laurence Degletagne et des Petites brindilles.


La nuit porte conseil paraît-il… Et ce n’est pas Laurence Degletagne qui dira le contraire. Il y a deux ans cette Chapelloise se lève un beau matin avec une idée bien en tête. Et si je produisais des fleurs pour les faire sécher et réaliser des créations sur mesure ? « Je ne sais pas de quoi j’avais rêvé cette nuit-là, mais ce qui est sûr c’est qu’en me levant, j’étais bien décidée à me lancer dans cette aventure. C’était dans la nuit du vendredi au samedi, je m’en souviens très bien. Et quand j’ai amené mon fils chez mes parents pour la journée, je n’ai pas hésité à leur demander s’ils voulaient bien me prêter un morceau de terrain pour que je puisse cultiver mes fleurs ! »


Leur réponse ne se fait pas attendre. Et d’une envie nait le projet d’une vie. Le soir même Les Petites brindilles étaient semées… « Je ne leur avais jamais parlé de ce projet auparavant. Ils ont forcément été étonnés, mais ils ont décidé de me faire confiance. Moi-même j’ai pris cette décision rapidement, mais aujourd’hui je ne regrette rien. Je suis fière et complètement épanouie. Je peux vraiment m’exprimer pleinement. » Bien sûr pour en arriver là et concrétiser ce projet fou, il faut être passionnée et baigner dans le monde botanique depuis quelques années.


Formée en horticulture, Laurence a la main verte et a travaillé pendant dix-sept ans dans le milieu. « Je ne faisais pas de fleurs coupées, loin de là, mais j’ai toujours été attirée par la nature et le côté créatif. Il m’arrivait d’ailleurs de faire des compositions de plantes pour les clients. » La Chapelloise aime aussi travailler avec les mains et bricoler, du macramé, des créations en bois… et sa tête fourmille d’idées créatives. Lancée en décembre 2020, les Petits Brindilles éclosent vraiment un an plus tard quand Laurence choisit de quitter son travail et de s’y consacrer pleinement.


Depuis les journées sont bien remplies et le travail défilent au rythme des saisons. Les fleurs annuelles sont plantées fin février début mars, repiquées, rempotées, et replantées en pleine terre début mai avant d’être récoltées pendant l’été. Place ensuite au temps de séchage qui varie selon la taille des fleurs et la garniture de pétale. « Plus elle sera dense, moins elle séchera vite. » Elles cultivent selon ses dires un nombre impressionnants de fleurs et fait chaque année des essais sur les 1 000 m2 de terrain. S’il a fallu composer cette année avec la sécheresse et une récolte moindre, « je n’ai pas à me plaindre. »


L’automne et l’hiver sont principalement consacrés à la création. Et tout se fait en fonction de l’état d’esprit du moment. « Je travaille avec les fleurs à ma disposition et en fonction de mon état d’esprit et de mon inspiration. Chaque produit est unique, chaque composition est différente. Elle joue avec les variétés et les couleurs pour créer des cadres, des tableaux, des couronnes, des bouquets… dans l’esprit élégant et bohème. « Avec un même dessin, je n’aurais jamais deux fois la même œuvre. Je peux aussi faire du sur-mesure sur demande. Récemment par exemple, on m’a demandé un très gros tableau pour orner la pièce principale d’un gite. »


Les motifs varient aussi : des visages, des danseuses, des formes… et des tracteurs ! « Une idée qui m’est venue sur un marché. Une famille avec deux enfants regardait mes créations : le regard de la petite fille était attiré par la danseuse, le petit garçon lui trouvait ça inintéressant parce qu’il n’y avait rien pour lui. Après réflexion, je me suis dit qu’il avait raison et je me suis lancée dans les tracteurs. Depuis j’en ai fait et refait tous différents. C’est l’avantage d’être sur les marchés à la rencontre des gens, on échange, j’écoute leurs avis et ça m’inspire. »


Laurence conseille également. Si les fleurs son séchées et ont une durée de vie importantes, elles n’en sont pas moins fragiles. Mieux vaut éviter en effet de les mettre dans des pièces humides et les mettre directement au soleil. « Je travaille sans teinte, uniquement avec la couleur naturelle des fleurs, pour garder leur aspect, mieux vaut éviter de les exposer car cela atténuerait clairement leurs couleurs ! »


Pour partager sa passion et montrer son savoir-faire, la créatrice anime des ateliers, « les gens sont très surpris de voir ce que l’on peut faire avec des fleurs en termes de déco. Ils se rendent compte aussi du lâcher prise qu’offre le travail de cette matière. J’aime ces moments d’échanges. » Moments privilégiés qu’elle va pouvoir développer tous les mardis à Mâcon, en étant à la boutique de Corinne Hennuyer, Le Comptoir des créateurs, rue Saint-Nizier. « On partage toutes les deux les mêmes valeurs et dès janvier, on va travailler ensemble sur un projet commun avec la réalisation de bijoux faits de fleurs séchées et de résine. »



En attendant, les Petites Brindilles seront présentes à la boutique partagée L’Escale locale de Mézériat aux côtés de douze autres créateurs, ainsi qu’à Place de curiosités à Poncin, dans l’Ain. Laurence participera également à différents marchés de Noël en décembre : les 3 et 4 à Matour et Replonges, les 10-11 à la Chapelle-de-Guinchay, le 18 à Tramayes ainsi que les 23 et 24 à Cluny.

bottom of page