Les Profs, 20 ans et 80 % d’imagination

Les Profs, c’est 20 ans de gags indémodables, de bulles, de planches, d’humour et de succès ! C’est aussi deux générations et huit mains qui font vivre une bande de Profs et leurs élèves et rire toute la famille. Erroc et Pica sont les deux créateurs historiques de la BD. Ils ont été rejoints par deux jeunes auteurs, Sti à l’écriture et Simon Léturgie au dessin. À l’occasion de cet anniversaire, les deux scénaristes, Erroc et Sti, passent le grand oral et répondent aux questions de What’s Up.


©A Moreau pour Bamboo Édition

Erroc, quand on regarde en arrière, quelle belle aventure cette série…

Oui, je suis assez fier de ce qu’on a fait, tous ensemble ! Au secours, on dirait un slogan politique !

Qu’est-ce qui vous a donné envie au départ d’écrire sur le quotidien des Profs ?

Erroc : Le hasard tout simplement. Je cherchais une idée de nouvelle BD et j’avais des voisins jeunes profs. Je me suis dit que j’aurais de la doc sous la main.

C’est vous qui avez souhaité travailler avec un autre scénariste. Pour quelles raisons ?

Erroc : J’avais l’impression de tourner en rond et d’être un peu à sec. Mais je ne voulais pas non plus « refiler le bébé », je les aime ces personnages. D’où l’idée de travailler avec un co-scénariste talentueux. Je n’ai pas non plus choisi le plus talentueux, il m’aurait fait de l’ombre !


Sti, c’est facile de rejoindre une série comme les Profs ?

Les deux à la fois… C’est un confort d’arriver dans une série où l’univers est déjà installé, les caractères des personnages sont définis. Bref, la machine est déjà bien huilée. Là où c’est plus difficile, c’est qu’il existe déjà des centaines et des centaines de gags, la tâche est donc plus ardue pour en trouver de nouveaux.

Quel regard portiez-vous sur la série avant de l’intégrer ?

Sti : Je ne connaissais pas tous les gags, mais une bonne partie quand même car travaillant pour le Journal de Mickey, le magazine historique de la série, je lisais ma petite dose de Profs chaque semaine. Pour moi c’était une série mythique, un des piliers actuels de la BD d’humour.

Comment ça se passe une écriture à quatre mains ?

Sti : Bien, vu que chacun écrit ses propres gags en solo… Mais je plaisante car chaque gag peut-être la suite d’un gag écrit par l’autre… On s’appelle aussi souvent pour discuter de la direction qu’on veut prendre pour l’album en cours…

Erroc : Et puis on a aussi écrit des histoires plus longues ensemble, notamment l’histoire de vingt pages de l’album anniversaire. On a fait du ping-pong, c’était très stimulant.

Erroc, avec un peu de recul aujourd’hui, qu’est-ce que Sti a apporté à la série ?

De la fraîcheur, un regard neuf sur une vieille série. Genre Jeune chien fou dans une vieille maison. Mais il n’a rien cassé, au contraire. Il n’y a que du positif, sauf que je suis obligé de le payer.

Les blagues c’est votre imagination, du vécu ou des histoires qu’on vous raconte ?

Sti : Il me reste en mémoire encore un peu de vécu de mes années lycée… J’ai aussi la chance d’avoir une fille qui vient brillamment d’avoir son bac sans le passer, et une sœur prof… L’imagination fait le reste !

Erroc : C’est 80 % d’imagination, je dirais. Je n’ai jamais vraiment utilisé les anecdotes qu’on m’a raconté. C’est ça que j’aime dans ce métier, imaginer pour que ça fasse vrai.

Quels sont les retours les plus drôles que vous ayez eus ? Autant de la part des élèves que des profs ?

Erroc : Les élèves y retrouvent leurs profs, les profs y retrouvent leurs collègues et tout le monde pense que je suis un ancien prof. Le retour le plus marrant que j’ai eu, c’est un prof au collège de France qui m’a envoyé une lettre très intello, impossible de savoir s’il aimait ou non la série.

La série s’adresse autant aux gamins qu’à leurs parents ou grands parents, c’est difficile de trouver le juste milieu pour écrire pour tout le monde ?

Sti : Je ne me pose jamais la question de savoir à qui va plaire un gag… À la rigueur, je me limite à ne pas mettre trop de gros mots, c’est tout.

Erroc : Oui, il ne faut jamais viser un public, il faut être sincère, faire les choses comme on les sent. Le lecteur est malin, quel que soit son âge il prend ce qui lui parle.

Vous l’imaginez comment le lycée Fanfaron dans vingt ans ?

Sti : Je repasse régulièrement devant mon lycée, et près de trente ans après, j’ai pas l’impression qu’il ait vraiment changé. Je pense que ça sera pareil pour le lycée Fanfaron…

Erroc : Le lycée Fanfaron sera le même dans vingt ans. Moi qui suis beaucoup plus vieux que Sti, je suis allé dans un lycée comme ça.

Est-ce que le confinement et les cours virtuels vous ont donné quelques idées pour le prochain album ?

Erroc : On ne sait pas encore comment on va en parler dans le prochain album, mais on y fera allusion, c’est sûr.

Et si vous étiez un des Profs de la série ?

Sti : Je ressemblerais plutôt à Polochon niveau caractère, mais je préférerais être le prof de Sport, c’est toujours celui que les élèves préfèrent !

Erroc : Je serais Gladys, j’ai toujours rêvé d’avoir les cheveux orange.

Inter(ro)view surprise


© Bamboo Édition Les Profs

Premier de la classe ou Boulard ?

Sti : j’avoue, plutôt premier de la classe

Erroc: un mix des deux : plutôt bon, mais super bavard.

Meilleur souvenir des années lycée ?

Sti : Mon premier bisou, il était temps…

Erroc : Ma première nuit blanche

Le pire ?

Sti : Avoir été viré trois jours pour avoir fait un graffiti

Erroc: Un gros chagrin d’amour.


Antisèche ou élève studieux ?

Sti : Élève avec des facilités… Pas studieux mais sans besoin d’antisèche…

Erroc : Antisèche en maths. Pour moi, c’était du chinois

Franglais ou anglais ?

Sti : Anglais ! Franchement, c’est la matière principale à bosser pour moi

Erroc: Anglais, j’étais bon, mais j’ai tout perdu. Phoque !

Heures de colle ou félicitations du jury ?

Sti : Félicitations du jury… Du moins jusqu’au premier bisou, après j’ai été plus… dissipé

Erroc : Un nombre impressionnant d’heures de colle, dont j’étais assez fier

Cross dans les égouts ou saut à ski dans le gymnase ?

Sti : En tant que scénariste de la BD Les Runners, je suis obligé de dire Cross Erroc : Natation avec crocodiles (une autre invention d’Éric)

©Bamboo Édition Les Profs

Vacances scolaires ou rentrée des classes ?

Sti : J’adorais la rentrée scolaire, le moment où on se dit qu’on va tenir ses cahiers nickel toute l’année… Ça dure trois jours avant qu’ils soient déjà ruinés

Erroc : Vacances, même si les heures de colle me manquaient un peu !




Machine à café ou cour de récré ?

Sti : cour de récré ! Je suis un grand joueur.

Erroc: Machine à café, je suis un grand bavard

L’album anniversaire

Pour fêter leurs 20 ans, les Profs vous proposent un album unique avec au sommaire vingt-deux planches commentées par les auteurs, une histoire inédite de vingt pages écrites par Erroc et Sti et illustrées par vingt dessinateurs Bamboo, des interviews exceptionnelles des Profs, un retour sur l’aventure des Profs au cinéma, la toute première planche de la série publiée dans le Journal de Mickey… et plein d’autres surprises.


©Bamboo Édition Les Profs

Les Profs en dates

1997, réalisation de la première planche des Profs par Pica et Erroc

1998, première publication dans Le Journal de Mickey

2000 parution du premier album des Profs chez Bamboo Édition

2001, Alph’Art de la meilleure BD jeunesse au festival d’Angoulème et première édition à l’étranger

2013, la série est adaptée au cinéma par le réalisateur Pef. Le film se place à la tête du box-office et séduit plus de 4 millions de spectateurs

2016, Les Profs 2 sort au cinéma et devient le premier film français du box-office de cette année-là avec 3,5 millions de spectateurs

2016, après avoir assisté Pica sur le tome 17, Simon Léturgie devient le dessinateur de la série

2018, arrivée de Sti en tant que co-scénariste