Lycée Lamartine à Mâcon : de la nourriture de l’esprit à la nourriture terrestre !

La recette est simple : des idées émises par des élèves et des professeurs, une forte motivation, des efforts, du matériel basique et voilà comment naissent un potager, une jachère et des ruches !


Les trois coordinateurs, Aurélie Jebari, prof d’écogestion, Romain Journaux, prof de sciences physiques, et Anthony Martin, prof de maths (et apiculteur) n’en reviennent pas : « En six mois, avec le soutien des éco-délégués, notre projet Jardi’Lam a pris forme et fait consensus auprès de nos collègues enseignants, administratifs et techniques, sans parler de la cinquantaine d’élèves qui se sont impliqués tout de suite. Notre prairie et notre potager ont vu le jour en mars et les ruches seront installées très bientôt. »

Anthony Martin fournit ses propres essaims dans des ruches traitées avec de la peinture fabriquée dans la classe d’Arts plastiques de Prisca Randrianasoloson.

« C’était la première fois qu’on fabriquait une peinture à base de farine, de pigments naturels, d’huile de lin. C’est comme de la cuisine, racontent les élèves. C’est plus sain pour les abeilles. » Celles-ci fabriqueront le miel qui, en partie, sera consommé à l’internat et, pour le reste, fera l’objet d’une « commercialisation » par les STMG et BTS.


C’est l’énorme intérêt d’un tel projet : faire intervenir différentes disciplines comme SVT, SNT, Histoire/Géo, Arts plastiques, gestion, français, philo… parce que la richesse de Jardi’Lam n’est pas seulement de faire pousser des légumes, mais aussi de permettre, d’un point de vue pédagogique, de relier des concepts à la réalité, d’expérimenter grâce à la nature,de retrouver le plaisir de « faire » ensemble et de goûter le fruit de ses efforts !

« Dès le début, le lycée et la région nous soutiennent, tant de choses peuvent se développer autour de cette thématique ! L’information n’est pas encore passée auprès de tous les lycéens, on va rendre nos actions plus visibles pour les attirer encore plus, des actions sont prévues comme des visites pédagogiques, des lectures champêtres, la philo au jardin… »

Et si Jardi’Lam semait d’autres graines ? À suivre…