top of page

Mâconnais Beaujolais Agglomération simplifie ses consignes de tri

Si vous trouviez que le tri était jusqu’à maintenant trop compliqué, à partir du 1er janvier prochain, vous n’aurez plus aucune excuse ! En effet, à compter de cette date, tous les emballages en plastique seront collectés dans le même bac et vous n’aurez plus aucune question à vous poser ! Papiers, emballages, plastiques iront tous dans les colonnes jaunes ! L’objectif étant à court terme de réduire le volume des déchets de nos poubelles d’ordures ménagères !

Bouteilles et flacons, briques alimentaires, emballages plastiques, cartonnettes… d’un côté. Papiers, journaux, enveloppes de l’autre. Films de protection, barquettes, pots de yaourt, sacs… encore ailleurs… Pas toujours facile de s’y retrouver ! Encore moins quand les consignes varient que l’on habite en ville ou à zone rurale, que l’on habite au Nord ou au Sud de l’agglomération Mâconnais Beaujolais Agglomération.


Heureusement, le casse-tête est bientôt terminé ! À partir du 1er janvier 2023, vous n’aurez en effet plus aucune excuse. MBA va étendre ses consignes en matière de tri. Un passage obligé pour toutes les collectivités françaises imposé par la loi Transition Energétique pour la Croissance Verte de 2015 (LTECV) qui vise à simplifier et harmoniser à l’échelle nationale les consignes de tri des déchets d’emballages.


Concrètement, tous les emballages iront dans une seule même colonne. Là où aujourd’hui encore, une colonne bleue est réservée aux fibreux (papiers, cartons légers…) Et une autre, jaune, aux les emballages et autres éléments. « Ainsi, avec ces nouvelles consignes, les colonnes jaunes accueilleront tous les contenants qu’il s’agisse de bouteilles, de tubes de dentifrices, de capsules de café, de canettes de boisson, de barquettes, les films alimentaires aussi… précise Gilles Jondet, vice-président de MBA en charge de la collecte et de la valorisation des déchets. Tous ces produits qui allaient jusqu’à maintenant dans la poubelle ménagère vont aller dans la poubelle de tri sélectif. Dans le contenu de nos poubelles, on s’aperçoit qu’il y a 30 % des déchets qui pourraient encore être triés. Un tiers sur lequel on a un effort important à réaliser et on compte sur cette extension des consignes de tri pour justement diminuer ce volume. »


Pour Jeanne Bonnet, ingénieure projet à l’agglomération, « les usagers vont adhérer à cette extension des consignes de tri parce qu’elle va leur faciliter la tâche. On simplifie le geste pour le rendre plus accessible à tout citoyen. Il triera les nouveaux plastiques différemment, et fera certainement aussi l’effort d’appliquer mieux les autres consignes (verres, ordures ménagères, déchets verts…). Chaque famille va recevoir un courrier expliquant la mise en place des consignes avec un mémo tri et des exemples. On a également formé les agents de nos communes qui seront en capacité de répondre aux usagers. Il y aura par ailleurs des interventions dans les écoles, là où commence l’éducation au tri, auprès d’un public très réceptif. Les enfants sont nés avec ces questions de développement durable et de protection de l’environnement, ils sont sensibilisés aux gestes de tri et souvent, ce sont eux qui forment leurs parents. »


Sur le plan logistique, l’ensemble des colonnes bleues sur les points d’apport volontaires vont changer de couleurs et passer au jaune d’ici début 2023. MBA se donne deux mois pour réaliser ce travail sur l’ensemble du territoire. En termes d’organisation des collectes, il y bien sûr aussi un impact. « Avec ces nouvelles consignes, on devrait normalement avoir beaucoup plus d’éléments dans le tri sélectif au détriment des ordures ménagères. Sans les emballages, on estime au mieux une baisse de 30 % de nos ordures ménagères, avance Gilles Jondet. Nos tournées vont donc devoir être modifiées. »


Aujourd’hui, sur les communes rurales, il y a une ou plusieurs collectes par semaine selon le territoire rural de MBA. « Sur 37 de nos communes (toutes sauf Mâcon et Charnay), on passera sans doute à un passage hebdomadaire, ce qui est déjà le cas dans les communes du Nord d’ailleurs, souligne Jeanne Bonnet. On aura aussi une période d’adaptation puisque nos colonnes jaunes vont se retrouver avec beaucoup plus d’éléments. Elles devront sans doute être vidées plus souvent sachant que les tournées vont être optimisées sur l’ensemble du territoire. En effet, une grue ne peut collecter qu’un seul flux, soit bleu, soit jaune. Il faut donc aujourd’hui deux camions. Un seul suffira à l’avenir pour collecter les deux colonnes. »


Le parc de points de collecte va lui être encore densifié en 2023 avec la création de nouveaux points, l’ajout de colonnes sur certains points existants, ainsi que de nouvelles opérations d’enfouissement des colonnes.


Autre conséquence de la mise en place de ces nouvelles consignes : la construction d’une usine de tri sur le département de Saône-et-Loire. Implantée à Torcy, elle servira à plusieurs collectivités du département, et même au-delà (Côte-d’Or et Rhône). Les travaux de cette usine moderne de tri de déchets recyclables débuteront au premier semestre 2023 pour se terminer fin 2024. D’ici sa mise en service, tous les déchets collectés seront triés temporairement dans des centres capables de répondre aux nouvelles exigences de tri mises en œuvre au 1er janvier. Une partie ira sur Chassieu, une autre sur Vesoul. Rappelons qu’aujourd’hui, un tiers des déchets sont incinérés à Villefranche, deux tiers vont à l’usine de tri mécano biologique de Chagny avant d’être enfouis.


Et après ? La suite, ce sera la loi nationale sur le tri des bio déchets au 1er janvier 2024. Il s’agit là de tous les déchets fermentescibles que l’on peut trouver dans nos poubelles et qui normalement devrait être compostés. MBA lancera mi-2023 une communication et mettra à disposition des usagers les équipements nécessaires (composteurs individuels dans les zones rurales, collectifs dans les habitats urbains). En 2022, on compte déjà une centaine de site de compostage partagés sur l’agglomération. L’objectif est d’amplifier cette démarche de composteurs pour faire diminuer encore le volume de nos poubelles d’ordure ménagères.


Avec ces deux lois, l’objectif sera de réduire massivement les poubelles d’ordures ménagères pour éviter d’enfouir et d’incinérer. Au-delà du volet environnemental, il faut aussi éviter la gestion des coûts. La Taxe générale sur les activités polluantes augmente de manière exponentielle, et donc avec elle les coûts de traitement des déchets (x 3 en l’espace de six ans). Autant dire que pour éviter la flambée des coûts et maitriser le budget, il nous faut diminuer nos poubelles !


En chiffres *

Plus de 47 000 tonnes de déchet

20 870 tonnes de déchets collectés en déchèterie

18 730 tonnes d’ordures ménagères résiduelles

7 010 tonnes de collecte sélective

18 poids lourds

56 agents à la Direction des Déchets Ménagers et Assimilés (DDMA)

114 tonnes de biodéchets valorisées sur les 101 sites de compostage collectifs de MBA et 7 tonnes sur les 35 sites de restauration scolaire.

*en 2021

bottom of page