Paulo di Vava, Anders Boisen ou Lisa Chavy... Que sont-ils devenus ?

DES SALLES DE MUSCU AU RING !


On l’avait quitté en pleine préparation d’une grosse compétition de body building, on l’a retrouvé gants de boxe aux poings. En quatre ans, Paulo Di Vava s’est éloigné des salles de musculation pour rejoindre les rings. “J’y vais encore aujourd’hui, mais plus avec le même objectif ! Je dois encore perdre 10 kg… de muscle pour participer à une compétition dans ma catégorie !”

Pourtant bien entouré à l’époque, avec toutes les conditions pour atteindre son but, Paulo a dû faire une croix sur son rêve, pour des raisons de santé notamment. Les mêmes qui l’ont obligé à arrêter le football professionnel quelques années plus tôt : un problème à la hanche et d’autres pépins physiques. Le jeune homme doit faire une pause… S’il continue à s’occuper des jeunes footballeurs dans un club de Mâcon, il rencontre aussi à l’époque le coach de boxe de Mâcon qui lui propose de faire un essai. Essai transformé puisqu’il décide de s’inscrire aux Boxeur Burgiens à Bourg. “Et ça fait un an et demi que j’apprends les difficultés de ce sport, les techniques, la coordination, les déplacements, que je progresse bien avec un super coach, Husnu Erdogan. C’est un sport individuel, ça change. Tu ne peux compter que sur toi et ton mental !”

Son objectif aujourd’hui à 27 ans, participer au championnat de France l’année prochaine. “C’est un nouveau challenge, j’espère arriver jusqu’au bout, même à mon âge !


ANDERS BOISEN, TOUJOURS PORTEUR D' ÂMES ...

Anders Boisen sculpte depuis dix ans. L’artiste danois sauve le patrimoine local et prolonge l’histoire... en donnant une seconde vie aux foudres de vin. Il transforme également en œuvre des pieds de vignes, des cerceaux de vieux foudres de vin, des pierres en granit, des céramiques orientales brisées…

Depuis notre rencontre, il a continué son travail d’artiste dans son atelier au château de Fleurie. En 2016, une de ses œuvres a même été choisie pour être installée dans la cour d’honneur du Ministère de l’Environnement à Paris, pendant six mois. Il enchaîne également les expositions à Lyon, au Parc Saint Cloud pour le Second Life of Materials Road, à Grenoble, à la biennale ArtFareins… Il a eu des commandes pour une fondation à Minorque, aux Baléares.

Son travail, lui, a évolué. “Je travaille désormais plus les sculptures en fer. Quelqu’un m’a un jour demandé une œuvre pour mettre en extérieur, le bois ne se prête pas forcément à ce genre d’œuvre, j’ai donc choisi le fer je travaille aussi l’alu. J’innove avec des choses et des techniques nouvelles.” Mais toujours dans son style qu’il décrit lui-même comme tribal et expressif. Toujours avec des matériaux de récupération du monde de la vigne et du vin. Toujours avec la même philosophie, celle de donner une nouvelle vie aux matériaux.


LIVY POUR LISA CHAVY !

En 2007, Lisa Chavy, originaire de Feillens, participait au lancement de la marque de lingerie Undiz. Quand nous l’avions rencontrée il y a quatre ans, elle nous racontait son parcours, ses expériences dans la lingerie des marques de luxe, son arrivée dans le groupe Etam jusqu’au lancement d’Undiz, de ses projets aussi. Elle voulait suivre sa nouvelle passion : “conquérir le monde de la lingerie !” Un an plus tard, elle lançait sa marque de lingerie internationale : Livy. Lisa Chavy a imaginé cette marque de lingerie de luxe abordable, “qui casse les codes, pensée comme un accessoire de mode.

Toujours directrice artistique chez Undiz, elle décline dans le même temps trois gammes, trois états d’esprit : New-York pointue et innovante, Paris, chic et couture, et Los Angeles, “slow life” et décontractée. “Je voulais créer une lingerie qui soit bien plus que de la lingerie : un lifestyle, une signature immédiatement reconnaissable, des silhouettes très architecturées, je veux imaginer et réinventer la lingerie.” Ella a ouvert une quinzaine de points de vente en France, une à Genève, des “corners” dans des grands magasins, à New York notamment. Le site www.li-vy.com présente toute la collection.

La créatrice a également ouvert un nouveau chapitre en lançant sa griffe de beachwear : Livystone, en trois univers : Paris, NY et LA avec des matières premium et texturées, des imprimés exclusifs et des formes inédites.