Un nouvel espace permanent au musée des Ursulines de Mâcon


Avec cette salle « Du réalisme à l’abstraction, mutations artistiques de 1850 à 2000 », qui devait ouvrir au public le 6 novembre et sera donc accessible dès le déconfinement (normalement mi-décembre), le musée des Ursulines présente les transformations majeures qui caractérisent la production artistique à l’aube du XXe siècle : la place des critiques d’art, le rôle des collectionneurs et les thématiques à la mode retracent l’évolution picturale sur la période.

L’ensemble, régulièrement enrichi par les acquisitions, notamment la donation de l’association Repères en 1997, invite à un voyage inédit à travers la collection émanant d’artistes d’envergure nationale et internationale, tels que Charles Valfort, Thomas Couture, Alexis Auguste Delahogue, Félix Ziem, Claude Monet, Louis Courtat, Jules Adler, Adolphe Déchenaud, Jean Metzinger, Le Corbusier, Marcelle Cahn, Malcom Hugues, Jean-Michel Gasquet…. La muséographie originale est mise en œuvre par l’Atelier du 8.

En parallèle, le musée des Ursulines accueille deux expositions temporaires : jusqu’au 31 janvier 2021 : « Carte blanche à Vincent Fournier », qui met en scène « un ensemble d’espèces en voie d’apparition » questionnant l’évolution du vivant face aux mutations technologiques. Et jusqu’au 21 février 2021 : « La gravure dans tous ses états », qui présente la diversité et la richesse de sa collection de gravures datant du XVIe au XXe siècle ainsi que les créations des graveurs de l’association Envers-Endroit.