Une appli pour sauver des vies


L’arrêt cardiaque est responsable de la mort de plus de 50 000 personnes par an. Le taux de survie moyen d’une victime d’un arrêt cardiaque est seulement de 7,5 % en France. Ce faible pourcentage s’explique, en partie, par l’absence d’une pratique rapide de réanimation cardiaque par les témoins et l’utilisation trop tardive d’un défibrillateur cardiaque. Sans geste de réanimation, chaque minute qui passe diminue de 10 % les chances de survie…

De nombreuses applications se développent pour faire gagner du temps et prodiguer les premiers soins au plus vite en attendant l’arrivée des secours publics. Le Fonds pour le Développement du Bon Samaritain (FDBS) et le Service Départemental d’Incendie et de Secours de Saône-et-Loire (SDIS 71) ont récemment signé une convention pour la mise à disposition de l’application « Le Bon Samaritain ». Fort de 110 000 membres, cette application connait une croissance soutenue. Les Bons Samaritains, formés pour la plupart, mobilisables à tout instant par les services de secours, sont le cœur de l’efficacité de cette solution.

Avec plus de 7 500 déclenchements à ce jour, plusieurs milliers d’interventions ont été réalisées avant l’arrivée des secours, et plusieurs centaines de vies sauvées.

Comment ça marche ? Lors d’un arrêt cardio-respiratoire, le Centre de Transmission de l’Alerte engage les secours publics. Une fois les secours engagés, l’opérateur du CTA recherche, via l’application Internet « le bon samaritain », si un secouriste est disponible. Les « bons samaritains » disponibles aux alentours sont géolocalisés et informés par un système de déclenchement à distance via leur téléphone mobile. Si un bon samaritain accepte, le CTA est informé et le bon samaritain se rend sur les lieux de l’ACR guidé par son téléphone portable.

La position d’un Défibrillateur Automatique Externe est transmise au bon samaritain. Si deux bons samaritains sont disponibles, l’un se rend sur les lieux de l’ACR et l’autre va récupérer le DAE avant de se rendre sur les lieux.

Si des sapeurs-pompiers sont inscrits comme bons samaritains et qu’ils n’ont pas été déclenchés sur cette intervention, ils pourront intervenir à titre individuel en tant que bon samaritain.

Tout le monde peut jouer un rôle et peut télécharger l’application Staying Alive pour être recensé en tant que tel. Si vous avez un diplôme de secouriste vous pouvez aller directement auprès de la personne pour prodiguer les premiers secours. Si vous n’avez pas de notion de secourisme, vous pouvez aller chercher le défibrillateur à proximité pour faire gagner du temps au secouriste déjà sur place.